Wordpress job board software

Veuillez vous connecter/enregister pour postuler à cette annonce.

Un(e) Coordinateur/trice Logistique – Première Urgence Internationale – RCA

  • Bangui, Archidiocèse de Bangui, République centrafricaine
  • Contrat
  • Catégorie de l'Offre: -
  • Date de l'offre:8 Déc 2017
  • Annonce expire dans: 28 jours
  • Partager l'annonce:

Description du Poste

Première Urgence Internationale (PUI) est une Organisation Non Gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque. L’ensemble de ses personnels se mobilise au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. L’objectif est d’aider les populations déracinées dans l’urgence, tout en leur permettant de regagner rapidement autonomie et dignité. L’Association mène environ 190 projets par an, dans les domaines de la sécurité alimentaire, la santé, la nutrition, la réhabilitation d’infrastructures, l’eau et l’assainissement et la relance économique. PUI intervient en appui à près de 7 millions de personnes dans 21 pays, en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et en France.
Découvrez notre histoire et nos valeurs
Situation et besoins humanitaires:
La République Centrafricaine fait partie des pays les plus pauvres du monde. Selon le rapport sur le développement humain en Afrique 2016 du PNUD, la RCA occupe le rang de 187ème/188 dans le monde. Depuis mars 2013 et la prise du pouvoir par l’ex-coalition de groupes armés « Séléka », la Centrafrique traverse une crise politico-militaire très importante entrainant conflit armé et exactions intercommunautaires. L’un des principaux problèmes du pays reste la présence très importante de groupes armés contrôlant ou évoluant sur certaines parties du territoire. Malgré la présence de forces internationales (MINSUCA, Sangaris jusqu’à la fin de l’année 2016), la sécurisation effective du territoire est loin d’être une réalité.
Au plan politique, l’année 2016 laisse entrevoir une amorce de transition avec l’arrivée au pouvoir d’un président nouvellement élu et la volonté du nouveau gouvernement de mettre fin aux combats et de proposer un plan de DDR de grande envergure. Cet espoir de sortie de crise reste cependant très fragile, au vu des difficultés dans les négociations avec les groupes armés et l’instabilité chronique qui persiste dans de nombreuses zones.
Cette crise politico-sécuritaire a eu des impacts humanitaires et sécuritaires conséquents, entraînant des déplacements massifs de communautés à l’intérieur du pays ainsi que des mouvements de réfugiés dans les pays frontaliers
Selon le plan de réponse humanitaire 2017-2019, la totalité de la population (4,6 millions de personnes, dont 50% sont des enfants) a été victime de l’une des crises, qui se sont succédé ces dernières années. Plus de la moitié de la population (2,4 millions de personnes) a besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Près d’une personne sur deux (48% de la population) se trouve dans une situation d’insécurité alimentaire.
Depuis octobre 2016, la crise s’est intensifiée et a créé de nouveaux besoins. Le nombre de personnes déplacées a augmenté de 25% entre janvier et juin 2017. En mai 2017, un cinquième de la population totale de la RCA est déplacé (503 6001 personnes déplacées, dont 154 718 sont dans des sites, 343 382 en familles d’accueil). 47% des personnes déplacées sont des enfants). Près d’un demi -million de réfugiés se trouvent également en RDC, au Tchad, au Congo, au Soudan, au Soudan du Sud et au Cameroun.
Les services sociaux de base sont dysfonctionnels ou inexistants dans de nombreuses zones. 31% des formations sanitaires ne sont pas fonctionnelles en raison de manque d’équipements, de personnels et de médicaments. Les enfants, notamment dans les zones rurales, ont perdu 2 ans de scolarité.
Les indicateurs de développement sanitaires de la République Centrafricaine sont alarmants, avec notamment un taux de mortalité infanto-juvénile à 129 pour 10005, taux supérieur aux indicateurs de la région Afrique définis par l’OMS (119). Les principales causes de décès chez les enfants de moins de 5 ans sont respectivement les infections respiratoires aigües (IRA), la diarrhée et le paludisme. Par ailleurs, le système national de santé s’est effondré, en raison des violences généralisées, de la destruction des infrastructures publiques et des pillages. Les organisations humanitaires sur le terrain aident à fournir des services de base, mais la situation générale reste alarmante, moins de la moitié des Centrafricains ayant effectivement accès aux soins de santé. Malgré l’aide, le système de santé reste fragile avec 451 structures de santé fonctionnelles, 110 partiellement fonctionnelles et 254 fermées sur les 815 existantes en République Centrafricaine. En outre, 43% des personnels de santé sont des agents de santé communautaires sans formation appropriée.
Enfin, en République Centrafricaine, moins de 35 % de la population a accès à de l’eau potable et des installations sanitaires adaptées. Seulement 22% de la population urbaine du pays a accès à l’eau à travers un réseau d’approvisionnement en eau potable. En milieu rural, seulement 34% de la population a accès à des points d’eau protégés. En assainissement, la collecte et le traitement des eaux usées est exclusivement autonome. 94% de la population rurale n’utilisent pas les latrines. En milieu urbain, 74% de la population possèdent des latrines dont 20% des latrines multifamiliales (latrines partagées).
Notre action sur le terrain:
PUI cible les zones les plus fragiles au cœur desquelles des interventions multisectorielles sont développées au bénéfice des populations confrontées aux répercussions humanitaires de crises sécuritaires. Avant le coup d’Etat de mars 2013, déjà 1,9 millions d’habitants (soit environ 50% de la population) requéraient une assistance humanitaire (source, CAP 2012). En outre, l’extrême vulnérabilité structurelle se traduit par une faible résistance aux chocs environnementaux, économiques, sécuritaires. Selon OCHA, 2,4 millions de centrafricains (plus de la moitié de la population) ont besoin d’assistance humanitaire en 2018, soit près de 52% de la population totale.Dans ce contexte, l’intervention de PUI vise à appuyer directement les populations dont les capacités d’absorption des chocs est faible, et à restaurer l’accès aux biens et services de base dans les zones en crise sur des secteurs tels que la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire et les moyens d’existence, et un appui aux populations déplacées (gestion de site, réponse d’urgence, aide au retour).Historique de la mission et programmes en coursPremière Urgence Internationale (PUI) est présente en RCA depuis 2007. Première Urgence et Aide Médicale Internationale étaient toutes deux présentes dans le pays avant la fusion effective des deux entités en mai 2011. Depuis, la mission dispose d’un bureau de coordination à Bangui et est intervenue depuis plusieurs bases : Paoua dans le Nord-ouest, Ndélé dans le Nord-est, Bangassou/Rafaï dans le Sud-est et Berberati dans le Sud-ouest. PUI y a développé des projets de sécurité alimentaire, relance économique, réhabilitation d’infrastructures, santé et nutrition.En 2017, PUI poursuit son assistance en santé, nutrition et sécurité alimentaire auprès des populations vulnérables victimes des conflits armés au Nord-Est (N’délé), au Sud-Ouest (Berberati) et à Bangui. Les projets menés sur ces trois bases concernent aussi bien un soutien au système de santé primaire, un appui dans la prévention et le traitement de la malnutrition, que le renforcement des activités agricoles et des moyens d’existence. Toujours dans une logique d’intégration, PUI développe également des activités dans d’autres secteurs tels que l’Eau-Hygiène-Assainissement (Berberati), la reconstruction (Bangui), la relance agricole, la relance économique.
A Bangui, PUI est gestionnaire d’un des principaux sites de déplacés du pays (M’Poko, aéroport de Bangui), mène des activités de reconstruction de logements dans les quartiers de la capitale pour favoriser le retour des déplacés, ainsi que des activités AGR et THIMO, appuie le système de santé primaire et contribue à la prévention et à la prise en charge de la malnutrition. En outre, PUI gère également une plateforme logistique commune à une vingtaine d’ONG. Enfin, depuis cette année PUI gère un projet d’assistance médico-nutritionnelle pour les populations vulnérables et de renforcement du système de santé des districts dans 3 arrondissements de la capitale.
A Berberati, Depuis 2011, elle intervient dans la sous-préfecture de Berberati avec un programme de sécurité alimentaire et nutritionnelle intégrant à la fois un appui prise en charge sanitaire et nutritionnelle (notamment avec le soutien du CIAA) et des actions de renforcement de la sécurité alimentaire (relance agricole et approche filières) et de soutien aux besoins de base des déplacés via un programme de réponse rapide WASH et NFI.
A partir de 2014, elle a étendu son programme d’appui aux structures de prise en charge de la malnutrition, à la sous-préfecture de Nola. Depuis lors, elle couvre 5 UNTA dans la sous-préfecture de Berberati et 7 UNTA et 1 UNTI (Nola) dans celle de Nola, soit au total 13 structures nutritionnelles soutenues. Cet appui a permis de renforcer les capacités (technique, matériel) de ces structures dans la prise en charge de la malnutrition aigüe selon le protocole national PCIMA. Ce projet nutritionnel a pris fin en février 2017, par manque de financement.
De janvier 2017 à juillet 2017 Première Urgence Internationale (PUI) a mis en œuvre avec l’appui financier du Fonds Humanitaire (FH), un projet de santé (clinique mobile) qui avait pour vocation de fournir des soins de santé primaire d’urgence aux populations vulnérables et isolées de la zone frontalière des sous-préfectures de Gamboula et d’Amada Gaza au travers d’une clinique mobile qui, deux fois par semaine se rend sur 3 sites de prise en charge (Noufou, Banga et Kombo-Bombo). Ce projet de clinique mobile a également pris fin par manque de financement.
PUI est présentement à la recherche des financements pour relancer les activités de santé/Nutrition dans la Mambéré Kadéi et la Sangha Mbaéré afin de réponde aux nombreux besoins non couverts en matière de santé et nutrition.
A Ndele, PUI intervient dans la Préfecture sanitaire du Bamingui-Bangoran depuis 2007, et a mis en œuvre successivement plusieurs interventions dans les domaines de la santé, la nutrition et la sécurité alimentaire afin d’améliorer l’accès des populations aux soins de santé primaires et la sécurité nutritionnelle des populations vulnérables, à travers l’appui à la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant, le référencement des cas de complications, l’appui à la santé de la reproduction et l’amélioration de l’accès aux intrants agricoles et la diversification de la production
Depuis juillet 2015, PUI met en œuvre en Bamingui-Bangoran un projet de restauration du système de santé de base à travers une approche district sanitaire et soutient actuellement 20 Formations sanitaires de 1er contact et l’hôpital de district de la Bamingui Bangoran
Découvrez notre réponse à la crise.
Dans le cadre de nos activités en RCA, nous recherchons un(e) Coordinateur/trice Logistique.
Le/la Coordinateur/trice Logistique est responsable du bon fonctionnement de la logistique afin de mettre à disposition les moyens nécéssaires au bon déroulement des programmes, et participe activement à la gestion de la sécurité sur la mission. Il/elle est le garant(e) des procédures logistiques dans la mise en place et dans l’application.
• Sécurité : Il/Elle assiste le/la Chef de mission dans la gestion de la securité. Il/Elle suive directement les aspects quotidiens et concrets de la gestion sécuritaire de la mission (securité appliquée).
• Approvisionnements : Il/Elle coordonne les approvisonnements et livraisons pour les projets et les bases. Il/Elle est le/la garant/e du respect des procédures et des outils logistiques de PUI mis en place sur la mission.
• Equipements durables : Il/Elle est responsable de la gestion des équipements informatiques, de télé/radiocommunication et d’approvisionnement en énergie de la mission.
• Parc automobile : Il/Elle est responsable de la gestion du parc de véhicules (disponibilité, sécurité, maintenance…) pour le bon fonctionnement de la mission et la conduite des activités en accord avec les budgets disponibles.
• Fonctionnement des bases : Il/Elle appuie les équipes dans le cadre de redéploiement / installation / réhabilitation / fermeture de bases.
• Représentation : Il/Elle représente l’association auprès des partenaires, autorités et différents acteurs locaux impliqués dans les domaines de la logistique et de la sécurité de la mission.
• Coordination : Il/Elle centralise et diffuse l’information logistique au sein de la mission et au siège et consolide le reporting interne et externe en la matière.
Formation et Expériences
Formation :
Bac + 2 à + 5 – Secteur logistique
(achat, transport…)
Expérience :
Humanitaire : minimum 2 ans
Internationale : a fortiori
Technique : minimum 3 ans
Langues:
Français indispensable
Anglais désirable
Qualités du candidat:
• Autonomie, prise d’initiative et sens des responsabilités
• Bonne résistance au stress
• Sens de la diplomatie et de la négociation
• Bonne capacité d’analyse et de discernement
• Organisation et gestion des priorités
• Adaptabilité en fonction de l’évolution des priorités
• Pragmatisme, objectivité et prise de recul
• Force de propositions
• Sens de l’engagement
• Fiabilité et rigueur
• Capacité à déléguer et à superviser le travail d’une équipe multidisciplinaire
Conditions proposées
Salarié en Contrat à Durée Déterminée – 12 moisSalaire / Indemnité
Salaire Brut Mensuel : de 2 200 à 2 530 Euros selon parcours en Solidarité Internationale + majoration de 50€ mensuels par semestre d’ancienneté avec PUI
Frais pris en charge notamment transport AR Domicile / Mission, visas, vaccins…
Assurance comprenant couverture médicale et complémentaire santé, assistance 24/24h, rapatriement et prévoyance
Hébergement en maison collective
Frais de vie (« Per diem »)
Régime de break : 5 jours ouvrés à 3 et 9 mois de mission + prime de break
Régime de congés payés: 5 semaines de CP / an + billet A/R au domicile tous les 6 moi

Comment postuler

Merci d’envoyer votre candidature (CV et Lettre de Motivation) à l'adresse ci-dessous par Camille Attias, Chargée de Ressources Humaines sur recrutement@premiere-urgence.org en précisent l’objet suivant “RCA-CoordoLog”.

Dans votre demande, indiquez que vous avez trouvé cette opportunité sur imaginafrica.net

  • Pas de mots clés

76 vues totales, 3 aujourd'hui

Postuler à cette annonce

Top