Wordpress job board software

Le métier de consultant : les conditions de base

Publié par | 21/01/2017 | Consulting

image-right3-2Se mettre à son compte est une décision importante. Travailler pour soi est le rêve de tout professionnel. Faire profiter les autres de son expertise est une idée séduisante. Mais comment s’y prendre ? Quel bagage doit-on posséder pour réussir dans ce métier ?

Dans cette première partie du sujet que nous nous proposons de traiter en trois articles, nous allons aborder la question sous l’angle des conditions de travail d’un consultant.

Il est de plus en plus fréquent de voir des cadres du public ou du privé décider de devenir consultant. Dans plusieurs pays en Afrique, on voit même des personnes qui ont un emploi rémunéré créer un cabinet ou un bureau d’études dans le but d’exercer dans le conseil. Quand certains mettent en avant leur capacité technique dans leur corps de métier, d’autres misent plutôt sur l’expérience professionnelle.

C’est une bonne chose lorsque l’on a des connaissances à en faire profiter d’autres. Dans la plupart de nos pays, la retraite intervient à 60 ans. Le métier de consultant est donc une voie pour des cadres expérimentés pour continuer à être utile à la société.

Au sein d’un cabinet de conseil
Le consultant est généralement employé par un cabinet qui dispose de plusieurs consultants. Ainsi les jeunes consultants sont accompagnés, solution idéale pour observer et s’immerger dans les affaires. Le cabinet peut employer des experts à plein temps ou à temps partiel ou faire appel à des compétences quand le besoin se présente.

En indépendant
Le consultant peut aussi faire cavalier seul. Ses investissements sont peu conséquents : il peut travailler à domicile et n’a besoin que d’un ordinateur et d’un téléphone. Mais, dans la mesure où il est spécialisé dans un domaine d’activité technique ou organisationnel, il doit sans cesse être attentif aux évolutions technologiques ou comportementales.

La mobilité s’impose
Le consultant adapte son emploi du temps à celui de l’entreprise qui l’engage. De la même façon, il se met d’accord avec l’environnement et l’exigence de cette entreprise. Cette mobilité occasionne de nombreux déplacements et des horaires irréguliers.

Quel niveau d’étude ?
Mieux vaut être titulaire d’un niveau bac + 5 pour devenir consultant. Mais les cabinets de conseil en management recrutent des profils variés :

  • des universitaires ;
  • des diplômés d’écoles d’ingénieurs ;
  • des diplômés d’écoles de commerce et de gestion ;
  • des diplômés d’instituts d’études politiques…

Mais les études ne sont pas suffisantes pour faire un bon consultant. Parfois, elles peuvent s’avérer même secondaires.

Anglais indispensable
Parler anglais est essentiel : le consultant s’intéresse souvent aux marchés internationaux. Il est donc appréciable d’avoir effectué un stage ou une année dans un pays anglophone lors de ses années d’études. Les francophones ouest-africains ont l’habitude d’aller au Ghana ou au Nigeria dans le but de perfectionner leur anglais.

Dans le domaine du développement international, l’anglais est incontournable. C’est la langue de travail numéro 1. Pour occuper un poste de responsabilité dans une ONG internationale, mieux vaut maitriser l’anglais. Les personnes qui mettent leur CV sur des sites de recrutement comme ImaginAfrica ont trois à quatre fois plus de chance d’être contactée par un recruteur si elles ont le CV en anglais.

Des qualités indispensables

Savoir s’adapter
Le consultant est amené à modifier régulièrement son cadre de travail, puisqu’il change d’entreprise plus ou moins souvent selon les tâches qu’on lui demande. Il lui faut avoir le contact facile pour s’adapter facilement à toutes les conditions.

Avoir une solide culture générale
Le consultant doit montrer un intérêt certain envers le milieu de l’entreprise et envers les nouvelles technologies. Il doit aussi faire preuve d’objectivité, utile à l’analyse de situations difficiles ou parfois exceptionnelles.

Avoir le contact facile
Le consultant doit conseiller au mieux ses clients. Il doit surtout comprendre très vite leurs besoins. C’est pourquoi il doit :

  • être curieux et attentif ;
  • se montrer digne de confiance ;
  • multiplier les contacts au sein de l’entreprise et à l’extérieur.

Il a tout intérêt à communiquer facilement et avec diplomatie.

125 vues totales, 1 aujourd'hui

Mots clés:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top